mercredi 9 juillet 2014
OOOOOh

Non je ne reviens pas, c'est juste que comme un chanteur à la retraite, j'ai la nostalgie du bain de foule, et des yeux larmoyants de millions de fans, en tout cas pour le chanteur à la retraite, car pour moi on va dire que c'est plutôt des milliers, voire même un peu moins.

Bon il y a du progrès, j'ai enfin un chez moi et de quoi potentiellement travailler. Je n'arrive pas à toucher un pinceau ou un crayon, je suis toujours à la recherche d'un moyen de péréniser la dédramatisation de l'activité artistique. En vain pour l'insant.
Et j'ai peur de ressentir à nouveau la passion dévorante et usante, qui amène à se prendre le chou sur ce qu'on est, voire se surestimer d'une certaine façon.

Un peintre me disait, il faut s'en foutre, pas se croire artiste, et juste faire.
Il faut pas s'imaginer être un artiste, ne pas travailler dans le but de l'être ou de le ressentir. Je pense que c'est vrai, sinon on tombe vite dans le piège de tous les artistes, enfin les créatifs, ceux qui ont un métier qui les fait fouiller en eux même en permanence. On se croit plus que ce qu'on est, on a un peu le melon. Mais on est aussi porté par cette impression quand même grisante, mais fugitive, qu'on a quelque chose à dire ou à montrer.

Un peu le même truc que quand on est aimé. L'impression que plus rien ne compte que ça, qu'on a touché un summun. C'est un truc qui apaise et fait prendre aussi confiance en soi.

Mais bon ça repose sur pas grand chose. Suffit de croiser plus fort que soi, ou plus beau, et hop, fini. Donc moi voilà j'ai un souci avec ça, je sais pas trop comment le régler pour le moment.
Puisque c'est quand même un gros souci, de ne pouvoir être heureux que dans une sorte d'exclusivité.
Ne pas créer, du moins coté peinture/dessin, c'est se soulager d'un gros poids, d'un cheminement qui se faisait dans l'épuisement.

Créer. Souhaiter que ça plaise, que ça bouleverse, ben oui.
Comme vouloir être aimé, et que quelque chose bouille (du verbe bouillir), très chaud et permanent, on est dedans et on en sort plus.
Voir d'autres artistes, c'est perdre confiance en soi et c'est tout.
C'est pareil que.. :
Puisqu'on est beaucoup a être beaux, a quoi ça sert que je sois (du verbe soitre) beau. Pourquoi je suis content d'avoir une femme. C'est pas le cas mais bon.
Pour moi ça supplante (du verbe se planter) le plaisir de l'activité elle même. Peut être aussi parceque je n'arrive pas à me satisfaire, c'est comme si j'étais meilleur spectateur de moi même que je ne serai jamais acteur de ma vie.
Enfin vous avez compris.
Hé, vous croyez (du verbe croillir) quoi, c'est pas facile de revenir et d'écrire après toutes ces semaines de repli, on a bien le droit de pas être clair.

Pourquoi une femme si l'autre aussi peut être avec elle. Question lancinante, qui en tout cas annule quasiment le besoin de vivre le truc.
Puisque je n'existe pas dans le plaisir que je pourrai ressentir. Plaisir vicieux, malin et traitre.
Je n'aime pas la remplacabilité, le fait que ce soit moi, lui ou elle, et que c'est pareil.

Donc je cherche le plaisir dans l'humilité, même si je ne sais pas être humble, alors je cherche déjà à savoir comment le devenir, en éspérant pouvoir en tirer un bénéfice.
Et lorsqu'il me semble que je suis humble, je suis content, mais brièvement, car il apparait vite fait que je ne le suis pas, humble. Alors heureux, je ne le suis plus non plus.

Faut créer, et regarder son travail en se disant... ok. Je suis bien avec ça.
Défauts, qualités, peu importe. C'est moi, le plaisir d'être soi est plus fort que les tracas apportés par la confrontation à l'autre.
Pis c'est aussi un moyen de montrer qu'on est capable. Je me sens capable et j'ai des idées, auxquelle je crois fort, mais il y a trop d'urgence, dans ce besoin de plaire.
Je me souviens du blog, maintenant que j'ai bien décroché. Chaque post, chaque commentaire. Le palpitant, les angoisses ou les grand plaisir.
Mais tout trop fort, envie que ça dure et comme plus haut, que ça bouille et que ça dure, que ce soit chaud pour toujours.

Alors après on peut faire ça, créer et puis faire "avec" les emmerdes. Mais moi franchement ça m'a trop fatigué, même physiquement. Je ne me suis jamais senti aussi "sainement bien" que dans le repli, c'est à dire créer sans montrer. C'est l'état intérmédiaire entre l'euphorie et l'immense désarroi.
Les plaisirs sont contenus, et les défaites moins douloureuses.

Tout ça pour dire que je compte bien relancer le truc un jour ou l'autre, vers la rentrée par là. Faut juste que je trace une ligne de conduite, que ce soit pas le besoin de plaire qui motive l'acte.

Mais bon je repasse surtout pour écrire, dire des conneries. J'avais rien de bien précis à raconter. D'ailleurs j'aurai pu dire totalement l'inverse sans être pour autant dans le mensonge, car vous savez que dans un univers parralèle, nous avons tous notre double inversé ?

Bon, bonne vacances, car il parait que c'est la période des vacances. Me croyez pas si vous voulez, mais c'est bien un des trucs qui me sidère toujours autant.
Pourquoi on se dit dans notre tête, que juillet aout ce sont les vacances. En fait c'est fou de voir le monde, de tout là haut, de la tour des golios et des cerveaux ravagés. Mais vous pouvez pas comprendre !

De tout la haut nous rigolons bien à vous observer. Ahaha. Juillet aout, elle est bien bonne !




| Lien Permanent



mardi 28 janvier 2014
Croisée des chemins

J'arrête de nourrir ce blog pour tenter de me reprendre en main artistiquement. Si je poste, je retombe toujours dans un cycle qui ne m'amènera nulle part. Satisfaire ou ne pas satisfaire m'importe pas, tant que je ne me retrouve pas, moi, dans ce que je fais.
Il faut que je crée une rupture pour sortir du truc. Là je le fais car j'ai un peu de courage, je me dis allez hop, j'essaye, de toute façon ça sera pas pire que continuer avec des oeillères.

Je donnerai un lien lorsque j'aurai un autre endroit ou montrer des choses. Peut être que ça sera ici que je continuerai mais j'en doute. Depuis 2007 je fais ça, j'en ai marre, quelque chose bloque, ça sent trop le sapin.

Je veux, d'une part, un endroit qui soit courageux, ou j'essayerai d'avancer dans ce qui me plait. C'est à dire surtout le dessin, la narration, progresser, faire des trucs bien, faire de la merde. Mais suivre un fil rouge, au moins.
Et un autre pour les trucs plus libres, plus picturaux. Dans lequel je reprendrai pas mal de travaux montrés ici. Et ptet même de la musique pourrie et de l'écriture avec plein d'fautes.

J'ai besoin de retrouver aussi une forme d'anonymat, ne plus me dire tiens j'ai fais un truc, je vais poster. Je vais ptet avoir des "c'est bien", des "c'est pas bien".
Et puis aussi, dans la création ya le désir de changer, et ce blog pour moi commence à être un truc qui sent le vieux (sapin), le 2007 déjà lointain, une année pas franchement joyeuse. J'aimerais que le prochain parte d'un truc positif, et non pas d'un besoin de contact, de quelque chose d'un peu artificiel, pas uniquement artistique et courageux.

Voilà.

Ce n'est pas facile du coup mais je sais très bien, la, que si je continue c'est foutu.
Le truc qui me manquera le plus c'est de pas écrire de conneries sur la droite du blog, et d'ailleurs ptet ben que si je recrée rapidement un blog ça sera pour raconter des conneries, car putain, c'est le seul truc qui fait vraiment du bien sans effet secondaires malvenus.

Pour terminer : S'entendre dire qu'on est bon, etc, qu'on est un artiste, à un moment ça fait sauter le capuchon, on devient terriblement exigeant avec soi-même. On s'imagine bon, on s'espère bon, et on ne peut se décevoir. Si on est bon, alors on doit faire du bon travail. Ou du très bon. On doit prouver, se prouver à soi meme aussi.
J'en suis là, donc je veux retrouver une forme de légereté dans la pratique artistique, retirer un peu de gravité, et ne pas penser que des gens puissent attendre quelque chose de moi.

Pouet.
2 commentaires | Lien Permanent



samedi 11 janvier 2014
Un peu plus d'abstraction


J'essaye des choses. Je pars très abstrait et liquide et je construis après (bon point, ça me plait)
J'exclue quasiment jusqu'à la fin le blanc et le gris, pour éviter d'affadir.
Et je désature vaguement en mélangeant des couleurs complémentaires, meme si je me laisse surtout porter par ce qui vient, là j'ai pas envie de trop réfléchir.
C'est coloré. Ca pète beaucoup plus que la bagnole en dessous, qu'il faut vraiment que je reprenne. Faut dire que j'ai une putain de fatigue oculaire depuis quelques semaines, parfois je vois cramé, et un rose normal m'apparait comme fluo. le lendemain je me rends compte que c'est pastel.
La photo crame pas mal le fond, qui est moins uni que ça, plus tâché/marqué.

0 commentaires | Lien Permanent



lundi 6 janvier 2014
Je deviens fou



J'ai supprimé le post d'avant parceque bon, j'ai foutu un gros coup de pinceau dessus. C'était n'importe quoi ! Ohlala. Putain, pourquoi mon regard change tellement vite, c'est comme une claque à chaque fois.

J'ai donc refait mais de tête en imaginant, et tout de suite c'est plus illustratif.
A bosser un peu encore mais il me semble que c'est quand même plus moi. Quand je cherche à faire de la peinture, ça va pas. Ca me ressemble pas. J'ai besoin que ce soit entre les deux. Plus illustratif, un peu dessiné, pas un Tableau. Faire des tableaux, ça me fait baliser. Je veux pas.
Je veux qu'on dise "Tiens, t'as fais un truc sur une toile".
Là je suis content !
Si on me dit "Ton tableau, là...", je dis "Quoi ? Tu me prends pour qui, hé oh, un peu de respect"

Fin bon, avec le recul je trouve qu'on dirait James Hetfield en chintok. Ca fait flipper.
0 commentaires | Lien Permanent



jeudi 2 janvier 2014
Cross


J'ai une anim en cours mais les yeux me lâchent.
Alors peinture. Celle ci est en cours, faut que j'améliore ça pour dégager un peu plus de profondeur, et corriger ce que la dynamique du geste efface en "construction".
En ce moment je me sens cap de peindre mais j'hésite toujours à faire l'erreur qui va me faire tout rater. Alors que là c'est pourtant facile j'ai en tête l'idée précise de ce à quoi je veux aboutir en terme d'ambiance. Faudrait presque que je fasse une approche comme celle là; et à coté, une seconde toile du même sujet mais en version aboutie, décomplexée.
6 commentaires | Lien Permanent



dimanche 22 décembre 2013
Lady WHITE



Poubelle. La colo était bien partie mais je n'y arrive décidément pas. Je ne sais pas prendre le temps de faire du lavis sur ces machins. J'abandonne la sculpture, j'en ai vraiment trop marre de souffrir là dedans aussi.
2 commentaires | Lien Permanent



dimanche 8 décembre 2013
Sont représentés...


Jean Philippe Moktar, brocantier belgo algérien ; Aline dans différentes attitudes-styles-corpulence ; George et Oscar, gardes royaux ; un chanteur de true black ska metal. Merci à eux.
0 commentaires | Lien Permanent



mercredi 4 décembre 2013
Des bonhommes j'ai dit


Encore du pas fini, c'est histoire de sortir un peu de matière en cette fin d'année placée sous le signe de l'angoisse de la morkitu.
0 commentaires | Lien Permanent



mardi 3 décembre 2013
Bonhommes


Des recherches même pas finites
Histoire de se dérouiller, et de changer un peu
0 commentaires | Lien Permanent



lundi 2 décembre 2013
Greugneuneuuuu :|



Je réécris ce post du coup vu qu'avant je disais abandonner.
En gros, trop d'imperfections dans la sculpture pour peindre correctement, mais j'ai appris des trucs. Comme j'en avais un peu marre d'être déçu, j'ai fais le socle, et du coup je pense aboutir ce que je comptais mettre de coté vu que le perso est absolument pas fini, j'ai même pas touché le vêtement bleu clair, ni plein de trucs encore ni fait ni à faire.

Voili voilo. Semi échec pour moi mais c'est quand même un travail par lequel j'aurai beaucoup appris : le modelage doit être impeccable, ciselé, au top. J'en suis encore loin. Et la peinture faut juste une patience et une rigueur de malade. J'essayerai de mettre ça, Enfin, en pratique sur un prochain personnage.

Mais de moyen/loin, ça rend quand même cool, ça fait figurine low cost made in china.
C'est déjà pas mal ! :D

Mais j'ai honte car je suis un tacheron à coté des gens qui font ça bien. C'est pour ça que je me transcende dans le domaine de l’autoflagellation. En espérant que ça peut faire office de pardon.
2 commentaires | Lien Permanent